mardi 13 novembre 2007

Illuminant de bêtises en US, La puce control....

Illuminant of nonsense in US, Chip control...
Sachez qu'aux Etats-Unis, il est possible depuis la fin de l'année 2002 pour tout citoyen de se faire implanter la puce, et ce pour la " modique " somme de 200 dollars !!! En effet, la firme A.D.S. (Applied Digital Solutions Inc.), via sa filiale " Verichip ", a été autorisée à commercialiser sa microchip, qui porte le nom révoltant de " digital angel ". La " digital angel ", dans sa configuration actuelle, fonctionne de la même façon que les portables que nous connaissons bien, avec les antennes relais et le système GPS (satellite). Son porteur devient ainsi totalement repérable depuis l'espace. Si vous croyez que ceci est une mauvaise blague, allez donc visiter le site suivant :  

http://www.digitalangel.net/works_demo.asp  (Page n'est plus en ligne.. vu 9 Août 2010)


English: Remember that in the United States, it is possible since the end of 2002 for every citizen to have the chip implanted, for the "modest" sum of $ 200! Indeed, the firm ADS (Applied Digital Solutions Inc.), Through its subsidiary "Verichip," has been allowed to market its microchip, which carries the name appalling
"digital angel." The "digital angel", in its present configuration, works the same way as portables that we know well, with the relay antennas and GPS (satellite). Its bearer becomes totally identifiable from space. If you think this is a bad joke, so go visit the website.

Autres doc sur la puce:

http://www.dailymotion.com/video/x4xqe_nom-puce-implant-illuminati-nwo-666_extreme


(désolée video
censurée,
censored)





vendredi 7 septembre 2007

Andrew Meyer tasé pour une question sur les Skull and Bones...




Andrew Meyer, un étudiant venu assister à une
séance de question dans une université de Floride. Ses pertinentes
questions ont laissé Kerry sans voix. 
Le bouquin
brandi ici par le jeune impétueux relate apparemment des preuves
disséquées. 
Autre question péremptoire qui devient pourtant un
secret de polichinelle : "Êtes-vous membres des Skull and Bones
Monsieur Kerry comme votre adversaire d'alors ?"
S'en était trop pour l'ami officieux de Bush.

Le courageux et honnête citoyen Andrew Meyer est emmené par ces bleus militarisés écervelés qui nourrissent ce système qui nous affame. Il sera même tasé. Le Premier Amendement de la
Constitution est ainsi bafoué face à un dit "représentant" du peuple
( oui on dit comme ça paraît-il).

Le siècle des Lumières initié par le pouvoir de l'ombre vous salue
bien. Thèse (libéralisme), anti-thèse (communisme), synthèse
(libéral-fascisme). 

Le Nouvel Ordre Mondial prend chaque jour un
peu plus de relief. Les initiés de l'élite ont toujours deux coups
d'avance.

Ps : ici, que fait l'assistance pour aider cet homme bâillonné ?
Rien
Ce qui se passe dans cette salle est à l'image de ce qui va se
dessiner à grande échelle. Chacun d'entre nous y est
représenté.

Informations supplémentaires en lien:

English:

Andrew Meyer, a student came to
attend a meeting of question in a University of Florida. The
relevant questions Kerry left speechless. Why did you let Bush win
votes while legally he had lost to him? Why did not put pressure on
the contrary, and threw in the towel so quickly? Beyond the
allegations, the book here brandished by the young impetuous
apparently relate evidence dissected. Another issue that is
becoming yet peremptory secret: "Are you members of Skull and Bones
Mr Kerry as your opponent then?"
Attacking was too informal for the friend of Bush.
The brave and honest citizen Andrew Meyer military is alienated by
these blue beasts that feed this system that we starving. It will
be the same "tasé." The First Amendment of the Constitution is
violated facing a so-called "representative" of the people (as they
say yes it seems).
The Enlightenment initiated by the power of the shadow greet you
well. Thesis (liberalism), anti-thèse (communism), synthesis
(liberal fascism). The New World Order every day takes a little
more prominence. Insiders of the elite have always two moves in
advance.

Ps: here, the fact that assistance to help this man gagged?
Nothing
What happens in this room is a reflection of what is going to draw
on a large scale. Each of us is represented.

mardi 17 juillet 2007



"Les forces d’occupation en Afghanistan appuient le trafic de drogue."

L'alternative au pavot légal est un leurre

Article du 08 juin 2007 source aussi: ICI
Michel Chossudovsky
Les forces d’occupation en Afghanistan appuient le trafic de drogue, qui rapporte entre 120 et 194 milliards de dollars de revenus au crime organisé, aux agences de renseignement et aux institutions financières occidentales.

Les recettes de cette contrebande lucrative qui se montent à des milliards de dollars sont déposés dans des banques occidentales. La quasi-totalité de revenus reviennent aux grandes entreprises et aux syndicats criminels hors d’Afghanistan.


Le trafic du Croissant d'Or est protégé

Le trafic de drogue du Croissant d’Or, lancé par la CIA au début des années 80, continue à être protégé par les services de renseignement US, en liaison avec les forces d’occupation de l’OTAN et l’armée britannique. Récemment, les forces britanniques d’occupation ont fait la promotion de la culture du pavot par des annonces de radio payées. 
«Un message radiodiffusé dans la province a assuré les paysans locaux que la Force internationale d’assistance de sécurité (ISAF), dirigée par l’OTAN n’interférerait pas dans la récolte en cours sur les champs de pavot. Personnes respectées du Helmand, les soldats de l’ISAF et de l’ANA (Armée nationale afghane) ne détruisent pas les champs de pavot», disait le message. «Ils savent que beaucoup de gens en Afghanistan n’ont pas d’autre choix que de cultiver le pavot. L’ISAF et l’ANA ne veulent pas empêcher les gens de gagner leur vie.» (cité dans The Guardian, 27 avril 2007)

 L'opium pour la production de calmants 


Alors que les annonces controversées sur l’opium ont été superficiellement rejetées comme étant une erreur malheureuse, tout indique que l’économie de l’opium est favorisée au niveau politique (y compris par le gouvernement britannique de Tony Blair).

Le Conseil de Senlis, une boîte à idées internationale spécialisée dans la sécurité et le politique, sous contrat avec l’OTAN, propose le développement des exportations licites d’opium en Afghanistan, en vue de favoriser la production des calmants comme la morphine et la codéine. Selon le Conseil de Senlis,  «le pavot est nécessaire et, s’il est régulé correctement, il pourrait fournir une source licite de revenus aux paysans afghans appauvris tout en privant les seigneurs de la drogue et les Talibans d’une grande partie de leurs revenus.» (Globe and Mail, 23 septembre 2006).

Le Conseil de Senlis propose une solution selon laquelle «la production régulée de pavot en Afghanistan» pourrait être développée pour produire les calmants nécessaires.

 

Propagande, fausse légitimité et surproduction


Le rapport de Senlis, cependant, n’aborde pas la structure existante des exportations licites d’opium, qui est caractérisée par la surproduction. La campagne de Senlis fait partie de la campagne de propagande. Elle a contribué à fournir une fausse légitimité à l’économie de l’opium de l’Afghanistan, qui sert en dernière analyse des intérêts privés puissants.

Quelle est la surface cultivée en pavot nécessaire pour approvisionner l’industrie pharmaceutique ? Selon l’Organe International de Contrôle des Stupéfiants (OICS/INCB), chargé d’examiner les questions liées à l’offre et à la demande en opiacés produits dans des buts médicaux, «l’offre en opiacés de ce type a pendant des années été bien au-dessus de la demande mondiale» (Asian Times, février 2006). Vu la surproduction, l’OICS a recommandé de réduire la production d’opiacés.

 
L'Inde, le plus grand exportateur légal


 Actuellement, l’Inde est le plus grand exportateur légal d’opium, fournissant environ 50 pour cent de ventes légales aux entreprises pharmaceutiques impliquées dans la production d’analgésiques. La Turquie est également un producteur important d’opium licite.

Le latex de pavot de l’Inde «est vendu à des fabricants pharmaceutiques ou chimiques sous licence tels que Mallinckrodt et Johnson & Johnson, selon les règles établies par la Commission des Nations unies sur les stupéfiants et l’OICS, qui exigent une paperasse considérable.»


La superficie assignée à la culture de pavot licite sous contrôle de l’État en Inde est de l’ordre de 11 000 modestes hectares, ce qui suggère que la demande mondiale de l’industrie pharmaceutique requiert environ 22 000 hectares de terre pour cette culture. Il n’y a pas de pénurie d’opium pour l’usage pharmaceutique. La demande de l’industrie pharmaceutique est déjà satisfaite.


Une culture en hausse en Afghanistan

 Les Nations Unies ont annoncé que la culture de pavot en Afghanistan a augmenté. Les surfaces cultivées ont augmenté de 59 % en 2006. On estime que la production de l’opium a augmenté de 49 % par rapport à 2005.
Les médias occidentaux blâment en choeur les Talibans et les seigneurs de guerre. Selon des responsables occidentaux, «le trafic est contrôlé par 25 trafiquants, dont trois ministres du gouvernement» (Karzaï) (Guardian, op. cit.).

Par une ironie amère, la présence militaire des USA a servi à reconstituer plutôt qu’à supprimer le trafic de drogue, qui a été multiplié par 21 depuis l’invasion menée par les É.-U. A. en 2001.
Ce que les médias omettent de rappeler, c’est que le gouvernement taliban avait été pour beaucoup dans la mise en œuvre du programme réussi d’éradication de la drogue, avec l’appui et la collaboration de l’ONU, en 2000-2001.

Mis en application en 2000-2001, le programme d’éradication des Talibans a provoqué une diminution de 94 pour cent de la culture de pavot. En 2001, selon des chiffres de l’ONU, la production d’opium était tombée à 185 tonnes. Juste après l’invasion des É.-U. en octobre 2001, la production s’est accrue considérablement, regagnant ses niveaux historiques.
Le Bureau des Nations Unies sur les Drogues et la Criminalité (UNODC), basé à Vienne, estime que la récolte 2006 sera de l’ordre de 6100 tonnes, soit 33 fois le niveau de production atteint en 2001 sous le gouvernement taliban (3200 % d’augmentation en 5 ans). Les cultures ont occupé en 2006 165 000 hectares, contre 104 000 en 2005 et 7606 en 2001 sous les Talibans. Selon l’ONU, l’Afghanistan fournit en 2006 environ 92 pour cent de l’offre mondiale d’opium, qui sert à préparer l’héroïne.


Un trafic lucratif qui rapporte peu aux paysans

L’ONU estime qu’en 2006, la contribution du trafic de drogue à l’économie afghane est de l’ordre de 2.7 milliards de dollars. Ce qu’il ne mentionne pas, c’est le fait que plus de 95 pour cent des revenus de ce trafic lucratif reviennent aux syndicats d’affairistes, au crime organisé et aux institutions bancaires et financières. Un pourcentage très faible revient aux paysans et aux trafiquants dans le pays producteur.

Le montant des ventes au détail sur les marchés occidentaux serait supérieur à 120 milliards de dollars par an.

Le trafic d’opiacés afghans (92 pour cent de la production totale mondiale) constitue une grande part du chiffre d’affaires annuel mondial des stupéfiants, estimé par les Nations Unies à 400-500 milliards de dollars.


La drogue, troisième derrière le pétrole et les armes

 Si l’on se base sur les chiffres de 2003, la drogue constitue le troisième plus grand produit mondial en termes de revenus après le pétrole et le trafic d’armes.

L’Afghanistan et la Colombie sont, avec la Bolivie et le Pérou, les premiers pays producteurs de drogue dans le monde, qui alimentent une économie criminelle florissante. Ces pays sont fortement militarisés. Le trafic de drogue y est protégé. Il a été documenté que la CIA a joué un rôle central dans le développement des triangles latino-américain et asiatique de la drogue.


Le FMI a estimé que le blanchiment mondial l’argent se situait entre 590 milliards et 1500 milliards de dollars par an, ce qui représente de 2 à 5 pour cent du PIB global (Asian Banker, 15 août 2003).

Une grande part de l’argent blanchi mondialement, selon les estimations du FMI, est liée au trafic de stupéfiants, dont un tiers est lié au triangle de l’opium du Croissant d’Or.



  Source: ICI





mercredi 4 juillet 2007

« Les États-Unis contrôlent le trafic de l’héroïne afghane » (Craig Murray)



Lors de son intervention à la table ronde sur la torture de la conférence internationale Axis for Peace, l’ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan Craig Murray a souligné le fait que, trois ans après l’invasion de l’Afghanistan par la Coalition menée par les États-Unis, la production d’opium et - fait nouveau - le raffinage de l’héroïne n’ont jamais été aussi importants dans ce pays. 

De plus, a-t-il ajouté, « les “seigneurs de guerre” sur lesquels cette Coalition s’est appuyée pour contrôler le pays sont en vérité des “seigneurs de la drogue”. En outre, parmi ces derniers, le plus puissant est certainement Rachid Dostum qui entretient précisément des liens étroits avec Islam Karimov, le dictateur de l’Ouzbékistan qui est actuellement l’un des régimes les plus sanguinaires de la planète. Il se trouve que l’Ouzbékistan est précisément le principal couloir d’exportation de l’héroïne afghane vers les marchés occidentaux. »




 

lundi 2 juillet 2007

L'Afghanistan s'apprête à inonder l'Europe d'héroïne...

De Mondialisation.ca, Le 14 septembre 2006
Ria novosti



L'Afghanistan bat une nouvelle fois tous les records de production d'opium et s'apprête à inonder l'Europe d'héroïne de première qualité.

Selon les données publiées récemment par l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), la culture du pavot à opium a augmenté de 59 % cette année pour atteindre 165.000 hectares, contre 100.000 en 2005, la récolte globale d'opium brut devant s'élever à 6.100 tonnes.

A cela il faut ajouter que cette année, selon les experts afghans, l'opium est particulièrement riche en morphine: il faut seulement 7 kg d'opium brut pour fabriquer un kg d'héroïne.

Ce ratio est d'une rareté exceptionnelle. D'habitude, la fabrication d'un kg d'héroïne demande 10 à 15 kg d'opium. Ainsi, les 4.000 tonnes d'opium brut récoltées l'an dernier en Afghanistan, toujours selon l'ONUDC, ont permis de produire 400 tonnes d'héroïne. Cela veut dire qu'avec la teneur actuelle de l'opium en morphine les 6.100 tonnes d'opium brut pourraient donner plus de 870 tonnes d'héroïne. Un chiffre absolument fantastique.

Il est facile d'imaginer combien de tonnes de cette drogue dure de haute qualité viendront envahir les marchés russe et européen en 2006. D'autant plus qu'en Afghanistan le schéma comprenant la moisson de l'opium, sa transformation en morphine et en héroïne et, enfin, l'exportation des opiacés vers les pays consommateurs par les itinéraires fiables est réglé comme du papier à musique.

La question qui se pose est de savoir s'il est possible ou non d'endiguer l'afflux de la drogue afghane.

En Afghanistan, les mécanismes de lutte sont absents, qu'il s'agisse de mécanismes économiques ou militaires. Quant à la coalition antiterroriste internationale et à la force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF), elles ont besoin d'un mandat spécial de l'ONU pour mener des opérations de destruction des semences de pavot à opium et des laboratoires de fabrication d'héroïne.

Les Etats-Unis, qui dirigent la coalition antiterroriste, ou l'OTAN, qui parraine l'ISAF, ne saisiront jamais le Conseil de sécurité de l'ONU pour obtenir le mandat nécessaire. Surtout les Etats-Unis qui, contrairement à l'ISAF, ne disposent d'aucun mandat onusien en Afghanistan. A quoi bon se brouiller avec la population locale, d'autant plus que les problèmes russes et européens liés à la drogue afghane leur sont complètement étrangers? "La hausse de la production de drogue observée en Afghanistan s'explique par la croissance de la demande en Europe et en Russie. Pour éradiquer le problème, il faut des efforts communs de la Russie et de l'Europe occidentale en Afghanistan", a notamment estimé le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld.

Les illusions sur l'assistance éventuelle de l'ISAF ont été dissipées par le directeur de l'ONUDC, Antonio Maria Costa, lors d'une conférence internationale sur la drogue afghane à Moscou. A son avis, l'engagement expérimental des troupes de l'ISAF mobilisées en 2005 pour détruire les cultures de pavot à opium et les laboratoires chimiques en 2005 n'ont pas eu l'effet escompté et ont aggravé les tensions avec la population locale. L'assistance de l'ISAF se résumera désormais à l'appui logistique et à la formation du personnel afghan.

M. Costa a également dissipé le mythe des "caravanes de la drogue" qui sillonnent l'Afghanistan à la barbe des Etats-Unis et de l'ISAF. Les "caravanes" existent, seulement il ne s'agit pas de la drogue, mais de ses précurseurs. Le précurseur est un réactif utilisé dans la fabrication d'un produit chimique toxique. Pour transformer une tonne d'opium brut en héroïne, il faut, selon les experts, 2 à 6 tonnes d'anhydride acétique.

Sur les 4.000 tonnes d'opium brut, l'Afghanistan a importé l'an dernier plus de 10.000 tonnes d'anhydride acétique, a précisé M. Costa. Une vraie "caravane", car il faut 500 camions de 20 tonnes pour transporter cette quantité d'agents chimiques.

L'anhydride acétique n'est pas d'origine afghane. Aujourd'hui, selon les experts, cette substance chimique n'est fabriquée qu'en Chine, en Inde et en Russie. Reste à savoir comment ces "caravanes" arrivent à passer inaperçues dans un Afghanistan à l'infrastructure routière sous-développée et dans les pays voisins.

Début juillet, les autorités afghanes ont dû reconnaître l'inefficacité des mesures appliquées dans le pays en vue d'enrayer la fabrication illégale de stupéfiants. La nouvelle loi sur la lutte contre la production de drogue adoptée l'an dernier, tout comme le ministère spécialement créé à cette fin, n'ont été d'aucun secours, et le problème reste entier.

Comment le résoudre? Un coordinateur de l'ONUDC pour l'Asie centrale a déclaré que "malgré les efforts déployés par les gouvernements centrasiatiques, le transit via cette région ne diminue pas".

L'opium afghan poursuit sa propagation malgré tout. La Russie et l'Europe occidentale n'ont qu'à espérer qu'avec l'extension annuelle de 50% des surfaces ensemencées de pavot à opium, la superficie des terres cultivables en Afghanistan se rétrécira. A ce jour, sur les 7 millions d'hectares de terres cultivables, seulement 165.000 ont été mis en valeur.

 
Article du www.mondialisation.ca ICI




Cinq derniers articles

cgdf hfdghf vhfdh

Beaucoup de liens et de vidéos ont été censurés, ce site sera bientôt remis à jour. Merci