mercredi 22 juin 2011

Mossad "expériences médicales"...


Source en anglais: redactednews.blogspot.com (page n'est plus en ligne)
Possible de trouver le livre en anglais ICI
Traduction par Dailycensorship,
Le 22 Juin 2011



Le contenu ci-dessous m'a été envoyé par un collègue, un professeur d'histoire à l'université mid-Western...



Transcription de passage des pages 188-9 de 'The Other Side Of Deceptio' par Victor Ostrovsky, un ancien agent du Mossad et dénonciateur. Un livre qui était un best-seller, à l'époque en 1994. Très mal écrit, et dur de passer au travers, mais il donne un aperçu de la façon dont le Mossad opère. 

Ce qui est, particulièrement, frappant est l'utilisation de cobayes humains pour des expérimentations médicales. Beaucoup d'exemplaires de ce livre dans des bibliothèques locales et d'occasion sur Amazon, etc..., de sorte que le passage est facile à vérifier. Beaucoup de sionistes ont essayé de nier ces accusations, mais c'est certainement un des domaines parmi les activités du Mossad, et la similarité avec les activités nazies est inéluctable...


Extrait de "The Other Side Of Deception", 
par Victor Ostrovsky

Cependant, il y a eu des cas, dans lesquels les terroristes seraient capturés vivants, néanmoins, la plupart du temps, même s'ils ont été capturés vivants, ils seraient annoncés morts à la radio afin que personne ne puissent attendre leur retour.

C'est là que j'arrivais en tant que policier militaire; mon travail consistait à acheminer les prisonniers d'un centre de détention à Nes Ziyyona, une petite ville au sud de Tel-Aviv.
J'ai toujours cru que c'était un centre d'interrogatoire de la Shaback. Nous savions tous qu'un prisonnier n'en sortirait probablement jamais vivant, mais le lavage de cerveau, que nous avions vécu dans nos courtes vies, nous avait convaincu que c'était eux ou nous, il n'y avait pas de zone grise. 

C'était Uri qui m'a éclairé sur l'installation de Nes Ziyyona.

C'était, il disait une guerre de laboratoire ABC [Analytical Bio-chemistry] - ABC support pour l'atomique, la bactériologie et le chimique. C'était là que nos meilleurs scientifiques d'épidémiologie avaient développé des diverses machines apocalyptiques. Parce que nous étions si vulnérables et n'aurions pas eu de deuxième chance s'il devait avoir une guerre à outrance dans laquelle ce type d'arme serait nécessaire, il n'y avait aucune place pour l'erreur. Les infiltrés palestiniens se sont avérés très utile à cet égard. Comme des cobayes humains, ils pourraient s'assurer que les armes, développées par les scientifiques, fonctionnent correctement et vérifier à quelle vitesse ils ont travaillé et les rendre encore plus efficace. Aujourd'hui, ce qui me fait peur, en examinant cette révélation, n'est pas le fait qu'elle se soit produite, mais plutôt le calme et la compréhension avec laquelle je l'ai acceptée. 

Des années plus tard, de nouveau, j'ai rencontré Uri. Cette fois, il était dans le Mossad, un vétéran de katsa dans le département Al, et j'étais un débutant. Il revenait d'une mission en Afrique du Sud. Donc, temporairement, je travaillais dans un bureau en liaison avec le département de Dardasim, l'aidant à préparer une importante cargaison de médicaments pour l'Afrique du Sud et pour accompagner plusieurs médecins israéliens qui étaient en chef d'activités humanitaires à Soweto, une municipalité noire de Johannesburg. Les médecins prêtaient secours à des patients en traitement à une Clinique ambulatoire de l'hôpital Baragwanath de Soweto, à quelques pâtés des maisons de Winnie Mandela et Mgr Desmond Tutu. L'hôpital et la clinique ont été pris en charge par un hôpital de Baltimore, qui a servi comme société de couverture pour le Mossad. Uri était sur une période de réflexion concernant les États-Unis.

"Qu'est-ce qu'était en train de faire le Mossad en donnant de l'aide humanitaire aux Noirs de Soweto?" Je me souviens de lui avoir demandé. Il n'y avait aucune logique là-dedans; aucun profit politique à court terme (de quelle façon opérait le Mossad) ou tout autre avantage monétairement visible. 

"Vous souvenez-vous de Nes Ziyyona?" Sa question m'a fait des frissons dans le dos. j'ai hoché la tête.

"C'est sensiblement la même chose. Nous testons deux nouvelles maladies infectieuses et de nouveaux médicaments qui ne peuvent pas être testés sur des humains en Israël, pour plusieurs fabricants de médicaments Israéliens. Ceux-ci leur diront s'ils sont sur la bonne voie, leur permettant d'économiser des millions en recherches. "

"Que pensez-vous de tout cela?" J'ai dû demander.

-"Ce n'est pas mon boulot de penser."



Source en anglais: redactednews.blogspot.com (La page n'est plus en ligne),
Possible de trouver le livre en anglais ICI
Traduction par Dailycensorship,

Autre article lié:  Un agent du Mossad parle... 


Aucun commentaire:

Cinq derniers articles

cgdf hfdghf vhfdh

Beaucoup de liens et de vidéos ont été censurés, ce site sera bientôt remis à jour. Merci