lundi 30 mai 2011

JEFF GATES : WIKILEAKS – PLUS DE GUERRES SELON LA THEORIE ISRAELIENNE DES JEUX ?




Dans les guerres livrées par le biais du renseignement, le timing est souvent le facteur critique pour les planificateurs de guerre selon la théorie des jeux. Le résultat des communications WikiLeaks donne à penser à des psy-ops menées contre les U.S.


L'impact de la divulgation par WikiLeaks de câbles diplomatiques correspond au profil comportemental des personnes versées dans la guerre livrée par la théorie des jeux.

Quand le mathématicien Israélien Robert J. Aumann a reçu le Prix Nobel de 2005 en sciences économiques pour son travail sur la théorie des jeux, il a admis, "toute l'école de pensée que nous avons développée ici en Israël" a fait d'"Israël l'autorité de référence de ce domaine".

La franchise de cet Israélo-Américain a donné un rare aperçu de cette enclave connue depuis longtemps pour faire la guerre dans l'ombre. Le succès le plus notable d'Israël à ce jour réside dans le renseignement "arrangé" qui a conduit l'Amérique à envahir l'Irak, réalisant par là un ordre du jour longtemps recherché par Tel Aviv.

Dans les guerres livrées par le biais du renseignement, le timing est souvent le facteur critique pour les planificateurs de guerre selon la théorie des jeux. Le résultat des communications WikiLeaks donne à penser à des psy-ops menées contre les U.S.

Pourquoi maintenant ? Tel Aviv sentait la pression monter pour que se termine l'occupation de la Palestine, vieille de six décennies. Avec ces divulgations, ses atermoiements sur le processus de paix ont été déplacés vers l'évocation d'une attaque contre l'Iran.

Tandis que les États-Unis subissaient le plus gros dommage, la cible visée était l'opinion publique mondiale. Pour maintenir la plausibilité du Clash des Civilizations, il fallait mettre l'accent sur l'Iran comme un Fauteur de Troubles plausible.

Avec l'émergence rapide de la transparence, Israël et les pro-Israéliens ont été identifiés comme la source du renseignement qui a mené les forces de la coalition à la guerre en Irak. D'où la nécessité de détourner l'attention de Tel Aviv.

Wikileaks peut encore réussir dans cette mission.

Evolutions prévisibles 

La planification de la guerre selon la théorie des jeux vise à produire des conséquences prévisibles - selon une marge acceptable de probabilités. C'est la raison pour laquelle les planificateurs de guerre Israéliens se concentrent sur la mobilisation autour d'une narration plausible, puis en déploient progressivement le scénario, étape par étape.

Pour que l'état Sioniste parvienne à réaliser son agenda expansionniste, l'Iran doit rester au centre de l'attention, comme le scélérat indispensable dans un jeu de moralité géopolitique opposant l'Occident aux Islamo-Fascistes.

Pour déplacer les faits vers de fausses croyances -de la même façon que ça a été fait avec le renseignement à l'origine de l'invasion de l'Irak- l'intensité de la narration doit être maintenue. Quittez le complot des yeux (le Clash) et la paix pourrait surgir. Et ceux qui ont été trahis pourraient identifier le traître.

D'où le timing de cette dernière divulgation Wikileaks. Son but : nous faire croire que ce n'est pas Tel Aviv mais Washington qui est au premier plan en termes de duplicité politique et une source de désordres.

Les guerres du renseignement se réfèrent à des modèles mathématiques pour anticiper les réactions de leurs cibles. Avec les algorithmes de la théorie des jeux, celles-ci deviennent prévisibles -selon une marge acceptable de probabilités.

Un contrôle suffisant des variables rend les conséquences mathématiquement inévitables. 

Le moteur de WikiLeaks

La réaction aux dernières fuites Wiki était-elle prévisible ? Avec un timing parfaitement calculé, les États-Unis ont été discrédités par une série de révélations qui ont remis en cause les mobiles des États-Unis et mis en péril leurs relations dans le monde entier.

Comme le Ministre Italien des Affaires Etrangères l'a résumé : "Les infos publiées par Wikileaks vont changer les relations diplomatiques entre les pays".

La confiance durement gagnée des Pakistanais a disparu du jour au lendemain. Des tentatives vers l'Iran ont été retardées. L'effet global a fait progresser le scénario du Clash. Si Wahington pouvait se tromper à ce point sur les intentions Nord Coréennes, alors pourquoi faire confiance aux Etats-Unis en ce qui concerne l'Iran nucléaire ?

Ce scénario catalysé par Wiki a fait quitter le devant de la scène à Israël en faveur de l'Iran.

Même les détenus U.S. à Guantanamo sont de nouveau en question, remettant le feu à ce spectacle honteux comme une provocation à l'extrémisme et à la terreur. Les diplomates U.S. vont maintenant être soupçonnés d'espionner et de mentir. Quelle nation peut maintenant avoir suffisamment confiance en les Américains pour échanger des données confidentielles avec eux ?

En bref, les risques se sont accrus pour tout le monde.

Sauf Israël.

Israël lancerait une attaque sur l'Iran, Tel Aviv pourrait citer WikiLeaks comme justification. Bien qu'une attaque serait calamiteuse d'un point de vue humain, économique et financier, même cette issue prévisible serait amoindrie par la haine persistante qui s'ensuivrait.

Ca aussi, c'est prévisible -dans la perspective de théorie des jeux de ceux qui promeuvent le Clash.

L'effet de l'invasion U.S. de l'Irak était prévisible. Le roi Abdullah d'Arabie Saoudite l'avait prévu, disant simplement que l'invasion U.S. "donnerait l'Irak à l'Iran comme un cadeau sur un plateau doré".

Avec l'élimination du leader Sunnite Saddam Hussein, les Chiites numériquement supérieurs en Irak ont été entraînés dans l'orbite politique de l'Iran majoritairement Chiite.

Les théoriciens des jeux centrent leur manipulation des enjeux sur leur contrôle des variables clés. Ensuite, les évènements se déroulent d'eux-mêmes. L'impact de ces communications en termes de discrédit était conséquent et parfaitement prévisible.

Un officier responsable de dossiers du Mossad a expliqué le succès d'Israël dans la maîtrise de la guerre par voie de tromperie : "Une fois que l'orchestre commence à jouer, nous nous contentons de fredonner".

Ils sont, après tout, l'autorité de référence dans le domaine.


2010 Copyright – Jeff Gates

Plus sur Jeff Gates
Regardez aussi les vidéos d'Argonium79 :

Traduction ici par Nicole pour:


veteranstoday.com/2010/12/01/wikileaks...


Voir aussi :

  1. Jeff Gates : les instigateurs de haine parmi nous 1/4 (vidéo VO+ VF texte)
  1. Jeff Gates : les instigateurs de haine parmi nous 2/4 (vidéo VO+ VF texte)


Aucun commentaire:

Cinq derniers articles

cgdf hfdghf vhfdh

Beaucoup de liens et de vidéos ont été censurés, ce site sera bientôt remis à jour. Merci