mardi 8 février 2011

Égypte : Une Armée DU Peuple Ou CONTRE Le Peuple Et Aux Ordres De Washington /Tel Aviv ? COUP MILITAIRE EN PREPARATION ? Le Peuple Egyptien Toujours Aussi Déterminé.

 

 

 Alors qu’en Tunisie l’armée s’est rangée du côté du peuple, en Egypte l’armée formée par le Pentagone/Israël soutient la dictature Moubarak/Souleiman. De plus elle est l’un des principaux employeurs s’enrichissant en exploitant la misère des Égyptiens. Confrontée à une Révolution populaire qui dure pour sauver SON pouvoir et SES intérêts économiques elle prépare un COUP « soft » ou sanglant selon la Résistance populaire rencontrée. 

 

Article de www.planetenonviolence.org/ ICI



Les médias occidentaux à la solde des américano sionistes voudraient nous faire croire que tout est entrain de rentrer dans l’ordre en Égypte que le vice président tortionnaire Souleiman a entamé des discussions avec « l’opposition » inclus les Frères Musulmans et que « la transition » autrement dit la passation de pouvoir devrait se faire de façon «ordonnée» que l’armée est «neutre» exerce la plus grande « retenue » ….Tout ceci pour gagner du temps en comptant sur le pourrissement du mouvement révolutionnaire et en activant la procédure « diviser pour mieux régner » en préparation d’un « coup ».

L’armée égyptienne n’a jamais été «neutre» elle est du côté du pouvoir plus précisément au pouvoir. Moubarak le dictateur est un ancien militaire de même que son tortionnaire de vice président, Omar Souleiman. Ce dernier aurait paraît-il refuser de prendre la présidence par intérim en réponse à une demande de « l’opposition » tandis que Moubarak quitterait bien le pouvoir dit-il mais qu’il ne peut pas parce qu’il craint que l’Egypte ne sombre dans le chaos. Tout ceci fait partie d’un scénario de propagande classique des régimes militaires dictatoriaux. 

L’Armée Égyptienne n’est pas une armée DU peuple mais une armée qui exploite le peuple

Bien que constituée de conscrits les officiers sont eux issus des élites et ce sont eux qui en fait dirigent le pays. L’armée égyptienne est un véritable complexe militaro industriel allant de la commercialisation d’eau minérale en passant par les boîtes de conserves remplies d’aliments produits par des fermes travaillant exclusivement pour elle. L’armée est présente dans tous les secteurs industriels et commerciaux en Égypte dont le tourisme et les produits de beauté.

Actuellement l’armée égyptienne compte ½ million de personnel en service et comme le seul ennemi, Israël, aidé du « parrain » américain a acheté la dictature Moubarak l’armée n’a plus de cible militaire pouvant justifier les milliards reçus de Big Brother - 1.3 milliard annuel avec une promesse ces derniers jours de continuer les subventions avec la bénédiction des Sionistes - pour moderniser son armement. Une grande partie de la production d’armes et équipement militaire se fait d’ailleurs en Égypte ce qui permet à l’armée d’être en grande partie autosuffisante cela vaut aussi pour son approvisionnement alimentaire.

L’armée est l’un des principaux employeurs en Égypte ayant à sa disposition une immense réserve de main d’œuvre misérable extrêmement bon marché. Les Égyptiens pauvres sont forcés d’intégrer l’armée - ceux qui le peuvent paient pour ne pas la faire - et une fois déchargés de leur service militaire obligatoire vont travailler pour des salaires de misère dans ce vaste complexe militaro industriel géré par les élites de l’armée. En intégrant ce complexe ils ne paient aucun impôt pas de licence et les profits de leur travail vont directement remplir les coffres de l’armée pour acheter ce qu’elle veut sans avoir de compte à rendre à la nation. Ainsi les salaires des officiers sont -ils très élevés non taxés et de plus ils bénéficient d’avantages en nature tels des logements de qualité.

L’armée est aussi particulièrement bien implantée dans l’industrie automobile ayant passé des accords avec des multinationales dont Chrysler et Hyundai et d’autres. D’autres usines fabriquent des éléments de cuisine. Les conscrits n’ayant pas grand-chose à faire sont employés à l’installation de lignes téléphoniques et à paver les routes dans le cadre de projets gouvernementaux grassement subventionnés - des milliards de $ par an.

Dans ce contexte où l’armée à main mise sur le pouvoir politique et sur l’économie le secteur privé est largement désavantagé pour développer une économie solide et créer des emplois puisque leur principale rivale est subventionnée et bénéficie également des largesses de l’étranger.

L’armée égyptienne opère comme une Mafia ayant pris les rennes du pouvoir sous la dictature Moubarak depuis 30 ans un véritable désastre pour l’économie égyptienne sans parler du déni de démocratie le plus élémentaire.

De son côté l’armée égyptienne a donc besoin de se créer un nouvel ennemi pour sauver son emprise sur le pouvoir politique et ses intérêts économiques. A défaut d’un ennemi extérieur un ennemi intérieur fera l’affaire si possible « islamiste ».

L’Armée égyptienne une armée CONTRE le peuple à la solde des US et d’Israël

Tapie en embuscade l’armée égyptienne attend du renfort de son « Parrain » américain mais comme les manifestations continuent et que les « négociations » en cours ont peu de chance d’aboutir elle a déjà commencé à muscler ses interventions pour sauver SA dictature politique et économique.

Des arrestations arbitraires de défenseurs des droits de l’homme de journalistes et d’organisateurs de manifestations ont déjà démarré. Ces rafles et ces détentions arbitraires avec torture sont des pratiques courantes qui durent depuis 30 ans de la dictature militaire de Moubarak. Elles sont habituellement le fait de la police sous tutelle du ministère des affaires intérieures. Mais selon des témoignages l’armée est maintenant entrain de s’y livrer ce qui laisse à penser qu’elle prépare un sale « coup » visant à pourchasser et emprisonner tous les opposants.

L’armée égyptienne n’est d’ailleurs pas novice dans ce domaine. Elle a par le passé participer largement à la traque de ceux qu’elle définit comme étant des «menaces à la sécurité nationale« principalement les partis d’opposition avec une prédilection pour ceux qu’elle considère comme des « terroristes » ou «islamistes» pour utiliser le langage de ses bailleurs de fond et formateurs en guérillas urbaines : les Américains.

Alors même que le Pentagone nie qu’une intervention militaire US ait été envisagée pour sauver la dictature Moubarak/Souleiman des médias arabes rapportent que des navires de guerre US ainsi que 800 hommes de troupe font route vers l’Egypte. Le Pentagone affirme que c’est en prévision d’un éventuel rapatriement d’urgence de ces ressortissants en Egypte mais le département d’état a déjà depuis plusieurs jours invités les Américains à quitter l’Egypte. Un tel rapatriement d’urgence irait dans le sens d’un « coup » militaire en préparation.

D’autre part un porte avion américain prévu pour une mission au large des côtes africaines a reçu l’ordre de rester en Méditerranée. Des troupes américaines sont déjà stationnées dans la péninsule du Sinai en soutien à la force multinationale et aux observateurs déployés dans le cadre de l’accord de paix Egypte Israël.¨

Un article*** intitulé " Egypte : une armée formée et équipée par le Pentagone " de Manlio Dinucci publié le 04/02/2011 sur le site du Réseau Voltaire décrit les liens très étroits crées entre l’armée égyptienne et le Pentagone. Dans l’occupation militaire planétaire par les US, l’Egypte occupe une place de choix. Elle est rattachée au CentCom. Selon l’article :

«… L’Egypte, explique le CentCom, « joue un rôle clé dans l’exercice d’une influence stabilisatrice au Proche-Orient », en particulier pour « faire face à l’instabilité croissante de Gaza ». Le CentCom continue donc à opérer en contact étroit avec les forces égyptiennes pour « bloquer les envois illicites d’armes aux extrémistes à Gaza, et pour empêcher que l’instabilité de Gaza ne se propage en Egypte et au-delà ». Le gouvernement égyptien, de fait, doit « faire face à une menace extrémiste interne ». L’aide extérieure états-unienne est donc « fondamentale pour renforcer le gouvernement égyptien…»

De plus, toujours selon cet article :

« …le thème de la dernière manœuvre Bright Star est significatif : « Des opérations militaires en terrain urbain »…. »

Quoique disent l’administration Obama les gouvernements européens suivistes et leurs médias serviles l’armée égyptienne forte justement du soutien du Pentagone attend le moment opportun pour réprimer la Révolution populaire par un COUP « soft » ou sanglant selon la Résistance populaire qu’elle rencontrera. Le soit disant refus de Souleiman de remplacer Moubarak rentre dans le cadre de ce plan là. Souleiman militaire de carrière avant d’être chef des renseignements et récemment nommé vice président est « l’un des leurs » : l’homme de l’armée égyptienne mais aussi du Pentagone/Israël.

Le peuple égyptien est toujours aussi déterminé à se libérer du joug de Pharaon Moubarak et de son tortionnaire Souleiman

Contrairement à la désinformation que propagent les médias occidentaux, les différents mouvements d’opposition restent unis et maintiennent toujours les mêmes revendications. La place Tahrir reste occupée par des dizaines de milliers de manifestants dans le centre du Caire. Dans d’autres villes les places centrales sont également occupées par le peuple en colère.

Les jeunes opposants égyptiens à l’origine de cette Révolution populaire ont formé une coalition et envisagent de créer leur propre parti pour défendre les acquis de la révolution et assumer politiquement leurs revendications qui restent inchangées Ils ont niés les informations circulant dans les médias occidentaux selon lesquelles un groupe représentant les jeunes avait rencontré le vice-président Omar Souleiman qui a dialogué dimanche avec certains groupes d'opposition.

"Quiconque négocie actuellement avec M. Souleiman ne représente pas les jeunes présents sur la place" Tahrir, ont-ils affirmé.

Ziad al-Oulaimi lors d'une conférence de presse a lu le communiqué de "la Direction unifiée des jeunes révolutionnaires en colère".

Dans ce communiqué les jeunes révolutionnaires réclament la levée immédiate de l'état d'urgence, la dissolution du Parlement, la formation d'un gouvernement d'union nationale pour assurer une transition pacifique du pouvoir et organiser une réforme constitutionnelle.

Les jeunes veulent aussi qu'une commission d'enquête soit formée sur "l'état de chaos de la semaine dernière, et les milliers de morts et de blessés".

Ils exigent que l'armée protège les manifestants contre "la violence des gangs de criminels appartenant à ce régime corrompu" et que l'approvisionnement en vivres et médicaments des manifestants sur la place Tahrir soit assuré.

Ils demandent également la libération de tous leurs camarades détenus (500 personnes), dont Wael Ghonim, cadre de Google, arrêté fin janvier et porté disparu depuis. Google a lancé mardi dernier un appel pour essayer de le retrouver. M. Ghonim est chef du marketing de Google au Moyen-Orient et en Afrique, selon sa page sur le réseau social pour professionnels LinkedIn.

La coalition regroupe des représentants du Mouvement du 6 avril, du Groupe pour la justice et la liberté, de la "Campagne du porte-à-porte", de la "Campagne populaire de soutien à ElBaradei", des jeunes des Frères musulmans et du Front démocratique.

Il semble malheureusement que ces jeunes n’aient pas compris que l’armée est partie prenante de cette dictature même si pour le moment elle reste dans l’ombre d’un gouvernement qui a commencé en interne sa campagne de propagande pour monter les Egyptiens les uns contre les autres comme le confirme un autre membre du comité, Islam Loutfi. Celui-ci a fait remarqué que les protestataires n'étaient pas à l'origine des difficultés récentes de la population, a accusé le gouvernement d'avoir fait fermer des activités économiques vitales afin de retourner la population contre les manifestants.

"Ce n'est pas la révolution qui a mis en place un couvre-feu, ordonné aux banques de fermer, ni cessé le transport de produits alimentaires entre les provinces", a-t-il dit.

La tactique qui consiste à rendre les manifestants responsables des difficultés rencontrées au quotidien par le peuple égyptien est typique des dictatures militaires.

Le soutien à l’étranger à la Révolution égyptienne doit s’intensifier si on ne veut pas assister à une reprise en main sanglante de la population et l’instauration d’une nouvelle dictature militaire tortionnaire l’une remplaçant l’autre.




Article de www.planetenonviolence.org/ ICI





Aucun commentaire:

Cinq derniers articles

cgdf hfdghf vhfdh

Beaucoup de liens et de vidéos ont été censurés, ce site sera bientôt remis à jour. Merci