dimanche 5 septembre 2010

Héroïne et société Bayer...






C’est en 1896 que la société Bayer commercialisa un dérivé de la morphine baptisé héroïne. Cette invention du chimiste allemand Dresser fut un produit conçu avant tout comme sédatif de la toux et qui, dès le début, fut lancé sur le marché dans le but manifeste de le vendre le plus massivement possible. De nombreux soldats de la guerre de 1870, devenus dépendants à la morphine, bénéficièrent du nouveau et soi-disant miraculeux produit issu des laboratoires Bayer. Dresser lui-même devint pitoyablement dépendant de sa propre invention.

Le laboratoire Bayer présenta l’héroïne comme un nouveau produit miracle en affirmant qu’il était dénué de tout effet néfaste. Dès 1898, Bayer lança une campagne publicitaire d’envergure internationale rédigée en plus d’une dizaine de langues, vantant les bienfaits des comprimés de l’héroïne, qui fondaient sous la langue… 

Le médicament fut à la hauteur de l’attente et rencontra un succès instantané, surtout auprès des individus atteints de maladies respiratoires telles que la tuberculose ou la pneumonie, communes à l’époque. Au début des années 1900, on répertoria près de 500.000 cas d’héroïnomanies, rien qu’aux États-Unis, notamment dans les populations d’origine chinoise pour qui l’opium devenait trop cher. Quelques rapports médicaux datant de 1902 insistèrent néanmoins sur les effets d’accoutumance sévère que pouvait provoquer le médicament, surtout quand celui-ci se mélangeait au sang. Mais les intérêts financiers empêchèrent au directoire de Bayer la publication des résultats. Il faudra attendre 1912 pour que l’héroïne soit considérée comme une substance toxique.

Source ICI



Fleuron de l’industrie chimique allemande, l’une des « Trois Grandes ». Initialement, il s’agissait d’une modeste entreprise de colorants créée en 1863 par le négociant Friedrich Bayer et un teinturier, Johann Weskott. Leurs successeurs, dès 1881, fonderont la Farbenfabriken vormals Friedrich Bayer & Co, Leverkusen (Fabrique de colorants, anciens établissements Bayer, à Leverkusen), qui se développera rapidement et connaîtra un essor fulgurant, en Europe, Asie et Amérique.

Carl Duisberg intégrera la société Bayer en 1883 et en deviendra le directeur en 1891. Le plus important brevet déposé par Bayer est sans aucun doute celui de l’Aspirine.


 
 

Source ICI







Le premier rapprochement des sociétés chimiques allemandes s’est constitué le 8 octobre 1904 sous l’impulsion des comités de direction des sociétés Bayer, BASF et Hoechst (appelées les « Trois Grandes »), suivent de près par les sociétés Agfa, Cassela et Kalle (les « Six Grandes »).





En 1916, sous l’impulsion de Duisberg (voir photo ci-contre) toujours, se joignirent à ces 6 Grandes, quelques sociétés pour former l’Interessen Gemeinschaft de Teerfarbenindustrie (le Groupement d’Intérêts de l’industrie allemande des colorants dérivés du goudron [1]). Mais ce ne sera qu’en décembre 1925 que les huit compagnies dites IG se mirent d’accord pour fusionner en une seule et même compagnie. Ce sera bien cette IG Farben qui, nazifiée dès 1937, verra 24 membres de son directoire jugés à Nuremberg en 1947 pour, entre autres, esclavage et meurtres collectifs au « site industriel IG Auschwitz ».




Il est peut probable qu’en 1908 l’on adoptait déjà le nom IG Farben pour parler du groupement d’intérêt des Six Grandes. C’est un choix de synthèse de l’auteur.

Source ICI



"..l’ignoble docteur SS Josef Mengele avait supervisé des expérimentations faites par les équipes de docteurs SS sur les détenus d’Auschwitz, avec l’aide de IG Farben qui conduisait aussi ses propres expérimentations sur des humains, alors que la compagnie pharmaceutique Bayer suivait avec intérêts les développements.
 
IG Farben était la seule compagnie allemande dans le Troisième Reich qui opérait son propre camps de concentration. Au moins 30 000 travailleurs-esclaves sont morts dans ce camps. Ce n’est pas par coïncidence que IG Farben a construit des installations à Auschwitz, c’est dû au fait que ses travailleurs (pour un total d’environ 300 000 personnes) étaient principalement des esclaves."



"Après la guerre, IG Farben a été scindé en différentes entités, soit BASF, Bayer AG et Hoechst; maintenant devenu Aventis qui développe les OGM, entre autres."


"Bayer a été rétabli sous le nom de Farbenfabriken Bayer AG en 1951, changeant son nom pour celui qu’on connait maintenant, Bayer AG en 1972. Bien que le Bayer d’après WWII est une entité légale différente de celle qui a précédé IG Farben et celle qui s’est ensuite jointe à IG Farben, une ligne directe de continuité peut être tracée entre le personnel, l’infrastructure et la technologie de ces trois incarnations. Ces compagnies pharmaceutiques ont un passé très trouble."




"Un article du Philadelphia City Paper (1/18/01) par Robert Lederman a révélé que, «Les Rockefellers, DuPonts, General Motors, et Henry Ford, banques et les compagnies de transport opérées par la famille Bush ont été des joueurs cruciaux dans l’établissement du pouvoir industriel derrière le 3e Reich». 

Ces compagnies ont versé des millions de dollars dans IG Farben, le géant chimique qui fut au cœur de la machine de guerre d’Hitler. IG Farben avait une branche américaine, contrôlée par les Rothschild, par l’intermédiaire des Warburg (Paul Warburg, qui dirigeait, durant sa création, la banque centrale privée qu’est la Réserve Fédérale en 1913, siégeait aussi en tant que directeur d’American IG). IG Farben était chargée de l’organisation du camp de travaux forcés à Auschwitz et était en réalité une division de la Standard Oil, laquelle appartenait officiellement aux Rockefeller (l’empire des Rockefeller fut fondé par les Rothschild)."




"Sous les nazis, les compagnies de produits chimiques IG Farben et la Standard Oil of New Jersey  des Rockefeller formaient une seule firme de fait, fusionnées par des centaines d’arrangements de cartel. IG Farben était dirigé par la famille Warburg, partenaire bancaire de la famille Rockefeller et dans le design de l’eugénisme de l’Allemagne nazie. Suivant l’invasion de la Pologne en 1939, la Standard Oil promettait de conserver leurs fusions avec IG Farben même si les États-Unis entraient en guerre. Cela sera exposé en 1942 par le comité d’enquête de Harry Truman et le président Roosevelt pris des centaines de mesures légales durant la guerre pour faire cesser le cartel de Standard-I.G. Farben d’approvisionner la machine de guerre ennemie."

Source de Eugénisme & darwinisme social




Tks

Aucun commentaire:

Cinq derniers articles

cgdf hfdghf vhfdh

Beaucoup de liens et de vidéos ont été censurés, ce site sera bientôt remis à jour. Merci